-- Shibuya, Tokyo - They call me stranger
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shibuya, Tokyo

Après Shinjuku, son parc Gyoen, et son observatoire, et avant de vous parler des endroits que j'ai vraiment, mais alors vraiment adoré au Japon, allons faire un petit tour à Shibuya.

Shibuya est un arrondissement de Tokyo, c'est le centre de la mode et le quartier le plus animé de la ville, avec Shinjuku. Pour être honnête, c'est franchement pas ce que j'aime le plus du Japon, ni même de Tokyo. Si vous aimez la ville, le bruit, la foule, le mouvement constant, les panneaux publicitaires qui clignotent de partout, alors oui, c'est fait pour vous ! Si comme moi vous recherchez le calme et la tranquillité, vous n'êtes juste pas au bon endroit! Par contre, pour se balader le soir, boire un verre, aller au restaurant ou faire du shopping, là c'est le top !

Malheureusement, je n'ai pas beaucoup de photos pour cet article, c'était le soir, je n'avais plus de batterie sur mon appareil photo, mon téléphone portable fait des photos dégueulasses, et honnêtement j'avais trop froid aux mains pour insister. Donc je m'excuse d'avance de la qualité des photos de cet article.

Bref, une des attractions du coin, c'est le célèbre Shibuya Crossing. Il s'agit d'un... passage piéton! En fait, c'est un des carrefours les plus fréquentés du monde. Effectivement, ça grouille de monde, donc c'est assez impressionnant de voir tout le monde traverser d'un coup au feu vert. Juste sur le carrefour, il y a la célèbre Tour 109, "temple de la mode à Tokyo". Je n'y suis pas rentrée, car j'y suis déjà allé lors de ma première visite à Tokyo, et puis, bon, voilà quoi. 

Shibuya, Tokyo

Autre chose, un peu plus culturelle cette fois, c'est la statue du chien Hachiko. J'adore les chiens, genre c'est une des choses que j'aime le plus au monde *doggos forever*.

Bref, Hachiko, c'était un chien, de race Akita, qui a été offert, en 1924, à un certain monsieur Hidesaburō Ueno, professeur du département d'agriculture de l'université impériale de Tokyo. Chaque jour, le chien accompagnait son maître à la gare de Shibuya, quand celui-ci partait au travail, et attendait son retour le soir. C'est beau, hein ? Sauf qu'un jour, sortez vos mouchoirs, son maître meurt au travail d'une hémorragie cérébrale, le 21 mai 1925. Le chien a continué de l'attendre chaque jour, pendant 10 ans. Tous les jours, il revenait à l'heure où le train arrivait, et attendait impatiemment. La fidélité d'Hachiko était réputée dans tout le Japon, et les gens lui apportait de la nourriture. Hachiko est mort le 8 mars 1935. C'est encore aujourd'hui un exemple de loyauté. Un partie de ses restes a été empaillée, et est conservée au Musée National de la Nature et des Sciences de Tokyo, une autre partie repose quant à elle aux côtés de son maître. 

La statue a été érigée en 1934, avec la présence d'Hachiko lui même, mais fondue lors de la pénurie de métaux pendant la seconde guerre mondiale, puis enfin reconstruite en 1948. Chaque année, au mois d'avril, a lieu une cérémonie en mémoire d'Hachiko. 

Une autre statue a été érigée, sur le campus de l'université de Tokyo, mais cette fois elle représente Hachiko et son maître, enfin réunis. 

La statue de Shibuya sert de point de rendez-vous. Comme je le disais, Shibuya grouille de monde, et donc, pour se retrouver, les gens se donnent rendez-vous à la statue de Hachiko, à la sortie de métro du même nom.

Shibuya, Tokyo

Il y a même des bus à son effigie :

Shibuya, Tokyo

Si le coeur vous en dit, il y a deux films consacrés à l'histoire d'Hachiko, Hachiko Monogatari, film japonais de 1987, et Hatchi, version américaine de 2009, avec Richard Gere. Je n'ai vu aucun de ces deux films. Je ne ressens jamais d'émotions fortes devant un film, que ce soit un film triste ou un film d'horreur, ça me fait généralement ni chaud ni froid, mais dès qu'il y a des animaux rien ne va plus, en bref, je risque de pleurer. 

Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo

Comme je le disais plus haut, Shibuya est le quartier du shopping. On peut citer notamment le grand magasin Don Quijote. C'est un énorme magasin qui vend à peu près tout et n'importe quoi, des chaussettes aux bijoux, en passant par les produits de beauté, alcools, souvenirs, jeux vidéos, gadgets et sex toys. Le tout sur plusieurs étages, dans des petites allées très étroites, avec très peu de lumière, beaucoup de néons, et beaucoup de bruit. Bref, vous l'avez compris, c'est du grand n'importe quoi à la japonaise. Je vous laisse admirer mes magnifiques chaussettes :

Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo

Ce soir là, à Shibuya, on s'est fait un super restaurant... italien.

Oui, oui. Je vais au Japon et je prends une pizza. Pour ma gouverne, j'habite en Chine, les bonnes pizzas (sans durian) on en trouve pas partout! Je ne me souviens pas du nom du restaurant, on s'est fait en quelque sorte harponner par des gens dans la rue. En fait, à Tokyo, la plupart des restaurants n'ont pas pignon sur rue. Il faut bien souvent se perdre dans les immeubles, et monter aux étages supérieurs. Généralement, dans les halls d'entrée, à côté de l'ascenseur, il y a des énormes panneaux qui indiquent les restaurants et les étages où ils se trouvent. Si vous cherchez un restaurant particulier dans une rue, ce n'est pas chose facile.  Nous on s'était dit "on se balade dans le quartier, on trouvera bien un truc cool", oui bein en fait c'est pas si évident que ça, il y a énormément de choix, et encore, la grande majorité n'est pas visible quand on marche dans la rue. Bref, comme les restaurants sont peu visibles, il y a des gens dans la rue qui font de la pub pour les restaurants de l'immeuble, ils te montrent la carte et t'invitent à monter à tel étage. Je pense qu'il faut faire attention à pas se retrouver dans des endroits chelous, mais nous, en tout cas, c'est comme ça qu'on s'est retrouvés dans un restaurant italien. J'ai pris une pizza aux fromages, et j'en reviens pas comme elle était bonne !  

Shibuya, Tokyo

Sinon, on a, bien sûr, mangé japonais au Japon. J'aurai pu faire un article spécial sur la nourriture, mais comme à chaque fois on s'est retrouvés dans des restaurants un peu par hasard, je ne pourrai ni vous donner les noms, ni vous dire où ils se trouvent. Je suis une terrible blogueuse en ce qui concerne la nourriture.

Forcément, on a mangé des sushis !  En Chine on en mange souvent, mais c'est assez cher, et pas terrible terrible. Au Japon, on est allé dans des restaurants moyens, j'entends par là pas haut de gamme, et c'était déjà carrément meilleur. Heureusement tu vas me dire, vue qu'on est au Japon, ça tombe bien.

Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo

Mais pas que ! On a aussi mangé des Okonomiyaki. C'est une sorte de grosse galette, à base de chou. On s'est retrouvés dans un restaurant d'okonomiyaki à volonté, avec plusieurs sortes: crevettes, fruits de mer, porc. Ils amènent tous les ingrédients crus dans un bol: chou, carottes, oeuf, gingembre...  

Shibuya, Tokyo

Et c'est à nous de le cuire. Bon, je suis une catastrophe quand je touche à la cuisine, mais disons que la première fois ce n'est pas évident. Il faut donc, sur la plaque chauffante devant nous, mettre un peu d'huile, avec un genre de gros pinceau kabuki. Mettre les ingrédients, et (essayer de) former une grosse galette.

Patientez quelques minutes.

Recommandez une bière en attendant.

Shibuya, Tokyo

Quand ça a l'air cuit de ce côté, retournez la galette. Sinon, si vous n'êtes pas doué, faites comme moi, demandez à votre homme de le faire pour vous.

Shibuya, Tokyo

Ensuite, badigeonnez de sauce soja, et y'a plus qu'à. En voyant le truc je me suis dit, ouais, bof, mais en fait, c'est super bon! Le fait qu'il y ait du gingembre dedans ça change carrément la donne. Vous avez aussi une mini-spatule à disposition pour couper, n'est-elle pas mignonne ?

Shibuya, Tokyo

Le restaurant était à volonté, et faisait aussi des nouilles. On s'est donc fait plaisir, et on a fait cuire nos propres plats. J'ai pris des udon aux crevettes, c'était bon, mais finalement mon coup de coeur restera le Okonomiyaki (à la crevette), parce que je n'en avais jamais mangé, et je n'imaginais pas que ça puisse être aussi bon

Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Shibuya, Tokyo
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article