Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ces applications mobiles dont je ne peux me passer en Chine

Je reviens avec un petit billet de la catégorie "vivre en Chine", ça fait longtemps !

J'étais en train de ranger le bordel sans nom qui règne dans mon téléphone, je peux vous dire qu'avec 128GB on en stocke du bordel, et je me disais que j'allais vous parler des applications mobiles que j'utilise le plus en Chine .

A un moment, en début d'année, j'ai pensé vivre sans téléphone. J'en ai marre de cette société hyperconnectée (et c'est le cas de le dire pour la Chine), j'en ai marre de l'hypocrisie des réseaux sociaux, j'en ai marre de pouvoir tout faire en un clic. Bon surtout j'avais la flemme de racheter un téléphone aussi. Et puis, j'avais déjà vécu 1 an et demi à Nanjing et Qingdao sans smartphone, je me suis bien débrouillée après tout. 

Bon, inutile de préciser que cette idée saugrenue a duré 2h en vrai.

C'est chaud de vivre aujourd'hui en Chine sans téléphone.  Je vais mettre ma remise en question de la société moderne de côté, et on va parler de peu de ces applications dont (finalement) je peux difficilement me passer en Chine.

Je vous ai déjà parlé de quasiment toutes ces applications dans d'autres articles, mais aujourd'hui je vais en parler un peu plus en détails : ce qui intéressant à savoir sur ces outils, en quoi ils sont utiles, et aussi les points négatifs que je relève dans certains d'entre eux.

Un portrait que j'ai pris du côté de Huaqiang Bei, le quartier électronique de Shenzhen.

Un portrait que j'ai pris du côté de Huaqiang Bei, le quartier électronique de Shenzhen.

1. WeChat

"T'es en Chine et t'as pas WeChat ?" (A mon avis je n'aurai jamais l'occasion de dire cette phrase en vrai)

WeChat, Weixin 微信 en chinois, est une application de messagerie instantanée et un micro réseau social crée par Tencent (basé à Shenzhen ! ) en 2011. Avec WeChat, on envoie des messages, des photos, on passe des appels, des appels vidéo, on ajoute des contacts, on créee des groupes, on partage des moments ...

Mais en gros c'est whatsapp ce truc ?

Nah ! Wechat dispose notamment d'un système de paiement, WeChat Pay 微信支付, qu'on relie à notre carte bancaire. On peut effectuer des paiements avec son téléphone, acheter au magasin, en ligne, transférer de l'argent à des particuliers, payer ses factures, son loyer, etc etc.

On peut aussi suivre des comptes officiels, envoyer notre géolocalisation à un contact, commander un taxi, partager la note d'un dîner entre amis, s'enregistrer à la police, commander des fleurs, envoyer un colis, acheter un billet de train ou un billet d'avion, réserver un hôtel, prendre rendez-vous chez le médecin, envoyer des Hong Bao, et pour ma part je dois même utiliser WeChat pour pointer au boulot le matin. 

On ne peut que relever le côté hyper pratique de cette "super app" qui fait tout !

Les points négatifs :

Sur une note moins positive, WeChat a reçu la note de 0/100 en matière de protection de la vie privée et des données de ses utilisateurs par Amnesty International. En clair, le géant Tencent a accès à tout. Par ailleurs, WeChat est très sujet à la censure. Le contenu est facilement bloqué, et on entend souvent parler d'utilisateurs, chinois et étrangers, mis en prison pour avoir partagé du contenu illégal ou non conforme aux valeurs de la RPC  (pornographie, antinationalisme, critique du gouvernement...) 

Ce qui me dérange aussi avec cette application, c'est que tout le monde s'attend à ce que vous partagez votre WeChat, et tout le monde s'attend à ce que vous soyez joignable à tout moment. Personnellement, ça me dérange d'avoir des inconnus dans mon répertoire, de ne pas pouvoir faire la différence entre le côté perso et professionnel, et d'être contactée sans arrêt. Du coup, même pour le travail, quand je rencontre des partenaires ou quelqu'un (autre que les proches ou les gens avec qui je travaille directement) qui me demande si il peut m'ajouter sur WeChat, je dis non. Sinon on s'en sort plus ! Voici ma carte de visite, envoyez-moi un email ou appelez-moi sur mon téléphone pro, je répondrai pendant mes heures de travail. Les chinois trouvent ça bizarre, ils n'agissent pas de la même façon, mais comprennent tout à fait le concept.

A part ça, WeChat domine clairement toutes les applications en Chine, et a également été décrite comme une des applications les plus puissantes du monde par Forbes.

Comment serait la vie en Chine sans WeChat ?

(Bon j'ai connu la vie en Chine avant WeChat en fait, et la réponse est : pareil, mais sans WeChat) 

2. Pleco

Pleco, c'est la 2e application que j'utilise le plus. Franchement elle devrait être greffée à ma main parce que je suis dessus H24. Il s'agit d'un dictionnaire anglais-chinois lancé en 2001.

Je l'utilise bien sûr en tant que dictionnaire, recherche par caractère, traduction en anglais, pinyin, quand j'ai un doute sur une prononciation, mais j'utilise aussi énormément le système de flashcards intégré pour réviser mon chinois. Mais ça j'en ai déjà suffisamment parlé ici et .

Sinon, à part ça, le pleco c'est une espèce de poisson, type laveur de carreaux. Je ne sais pas pourquoi ni quel est le rapport, mais c'est pour ça que le logo de Pleco c'est le caractère poisson en chinois traditionnel : 魚

Je n'ai pas vraiment de point négatif à relever sur cette application, mis à part que sur Android, la version gratuite est suffisante, mais sur iOs, la version gratuite l'est beaucoup moins. C'est bien connu, on est des moutons nous les utilisateurs d'iPhone. La version payante sur iOs coûte 30$, mais est beaucoup plus intéressante et plus complète. Elle intègre notamment la reconnaissance optique, je l'utilise peu, ça relève du gadget, mais ça peut être pratique. (dispo en add-on payant sur Android) 

 

3.  JD

Depuis que j'ai changé de boulot début 2017, je n'ai plus trop le temps d'aller au magasin quand j'ai besoin d'un truc en particulier. Et c'est là que JD intervient.

JD, ou Jingdong 京东 en chinois, est une plateforme de commerce en ligne (application et site internet). J'utilise JD pour faire des courses, quand j'ai besoin d'un truc en particulier pour la cuisine, la maison ou l'hygiène.

Besoin de filtres à café, produit d'hygiène, d'entretien, alimentaire, lessive, produit à lentilles ou pour remplacer une ampoule ou un câble, JD me sauve souvent la vie. A noter que JD est un peu différent de Taobao dont je parle plus bas. Malgré qu'ils proposent sensiblement la même chose, JD est plus safe, il y a une garantie et plus de chance de tomber sur des vrais produits car il s'agit de professionnels et de produits approuvés par JD. Aussi avec notamment JD Market 京东超市, vous êtes généralement livré le lendemain, et même parfois dans la journée. All Hail JD.com.

JD est partiellement détenu par Tencent, le papa de Wechat, et donc vous pouvez payer avec Wechat.

Evidemment, le point négatif c'est qu'on s'emmerde plus à aller où que ce soit et qu'on se contente juste de cliquer sur un bouton. L'application est en chinois, mais je la trouve tellement simple d'utilisation que je pense qu'elle est accessible à tous. 

 

4. Taobao

Ça m'étonnerait que tu ne connaisses pas Taobao, mais ne sait-on jamais. 

Tout comme JD, Taobao, 淘宝 c'est un site de commerce en ligne. J'utilise Taobao plutôt pour le shopping, fringues, chaussures, etc, bref des trucs pas forcément de nécessité absolue (c'est relatif) 

C'est un peu plus le bordel que JD je trouve, par contre y'a plus de choses. Il s'agit de boutiques officielles mais aussi de revendeurs indépendants. Il est donc plus difficile de démêler le vrai du faux, et il faut toujours faire une recherche au préalable et regarder les commentaires que les gens ont laissés. Vous trouverez absolument tout (ou presque) et à tous les prix sur Taobao, de la bouffe, des fringues, des chaussures, produits de beauté, trucs pour la maison, des trucs vraiment chelous et même des animaux de compagnie (tristesse).

C'est le genre d'application que tu lances parce que t'as besoin d'acheter un tournevis bien précis et tu finis 3h plus tard, perdu dans les dédales de Taobao, à regarder des parfums d'intérieur pour voiture (c'est un exemple mais vous avez compris l'idée).

Les points négatifs : 

L'application n'existe qu'en chinois, et pour l'utiliser pleinement, il vous faudra quelques bases en mandarin, mais à part ça c'est pas bien compliqué. A noter qu'il existe un site en anglais qui s'appelle Baopals, mais... breaking news... je trouve ça naze. Rien ne vaut Taobao. 

Autre chose importante, Taobao appartient au géant Alibaba, et fonctionne donc avec Alipay, qui est un autre système de paiement virtuel majeur en Chine, lancé par Alibaba également. Il vous faut donc un compte alipay pour commander sur Taobao.

Tout comme JD, Taobao c'est un outil fabuleux de consommation excessive. On dépense de l'argent en masse pour acheter des trucs dont on n’a pas besoin, à moindre coût, et qu'on reçoit à notre porte dans des boites en carton qui polluent. Taobao c'est comme tout, faut pas abuser des bonnes choses. 

Pour comprendre l'importance du commerce en ligne en Chine, y'a juste qu'à regarder les chiffres des soldes : 24,7 milliards de dollars pour JD le 18 juin 2018, ou encore 25 milliards de dollars pour Alibaba le 11 novembre 2017. Tout ça en une journée bien sûr. Des chiffres qui donnent le tournis. 

 

5. Dianping

Ceux qui me connaissent personnellement pourront confirmer, je déteste faire la cuisine. VRAIMENT. C'est un truc qui m'insupporte au plus haut point, je ne sais pas pourquoi. Tout mais pas ça, il est hors de question que je cuisine, même 5mn. Je l'ai fait une fois en 2 ans et ça m'a suffi. J'aime pas ça, ça m'ennuie, ça m'énerve, mon niveau de patience est plus bas que le niveau de la mer et je suis très très nulle.

Bref, du coup, à part si y'a quelqu'un pour me faire à manger, je me fais livrer.  (J'assume totalement).

Pour ça j'utilise Dianping, 点评 en chinois. Y'a plein d'autres applications pour se faire livrer, mais moi j'aime bien Dianping, j'y ai mon petit réseau maintenant. 

A noter que Dianping fonctionne aussi comme un annuaire, vous pouvez aussi l'utiliser pour rechercher des restaurants, bars, café, commerces, services, etc

Les points négatifs :

Encore une fois c'est une application en chinois, mais c'est simple comme bonjour 你好. Si vous ne parlez pas mandarin, la seule difficulté que vous pouvez rencontrer, c'est au cas où le restaurant ou le livreur vous appelle. 

Le seul truc qui me dérange dans le fait de se faire livrer, c'est que ça produit énormément de déchets, notamment en plastique et baguettes jetables. Faut se rendre compte à quel point c'est catastrophique, la Chine produit 50 milliards de baguettes en bois par an. (80 milliards en 2013 selon le Figaro). Bref, sachez qu'il y a un bouton "Quantité de service de table 餐具数量", et que vous pouvez choisir "Je n'ai pas besoin de service de table 不需要餐具". J'ai mis du temps à me rendre compte de cette option, mais elle existe.

Faut avouer qu'autant de possibilités pour se faire livrer, ça n'aide pas les gens comme moi à se mettre à la cuisine ! 

(sinon ne vous en faites pas pour moi, je sais me faire à manger si j'ai pas le choix lol, enfin je crois)

 

6. Mobike

Selon mon téléphone, j'ai parcouru près de 600km à vélo (soit un Paris-Bordeaux), et brulé près de 35000 calories. Comment? J'utilise les vélos Mobike tous les jours pour aller au boulot !

Mobike, 摩拜单车 Mobai Danche en chinois, c'est la version 2.0 du vélib’ (ou v'lille si t’es lillois). La particularité de ces vélos en libre-service c’est qu’ils ne sont pas rattachés à une station. Vous prenez le vélo "n’importe où", et vous le laissez "n’importe où" quand vous avez fini. Je mets des guillemets à « n’importe où », parce qu’en théorie on les range pas n’importe où, il y a des règles à suivre, il faut les garer convenablement sur les trottoirs, et si possible sur les places qui leur sont dédiés.

Pour les utiliser, il suffit juste de scanner les QR code présent sur le vélo, via l'application, qu'on recharge préalablement virtuellement avec de l'argent, via Wechat par exemple. Le vélo est prêt à être utilisé, et il vous suffira de le verrouiller manuellement quand vous avez fini. Une course coûte en général 1 yuan.

Implantés dans de nombreuses villes de Chine, on compte des millions de vélos, et des dizaines de millions d’utilisateurs. Le Shanghaien Mobike et le Pékinois Ofo sont les leaders du secteur, mais on assiste très souvent à l’arrivée d’une nouvelle jeune startup qui tente de se démarquer avec des vélos plus ou moins originaux (beaucoup de ces entreprises font faillite, mais c'est une autre histoire). Personnellement, je préfére Mobike car je trouve que les vélos sont mieux, mais c'est simplement une préférence personnelle.

Le concept, crée en 2015, se veut d’abord innovant, simple, pratique,  mais aussi écologique. Mobike, implanté maintenant dans d'autres villes du monde, a reçu le prix environnemental "Champion of the Earth" par les Nations Unies.

Les vélos sont équipés de systèmes de verrouillage à panneaux solaires et de balises GPS, on peut donc les localiser partout et même les réserver. Les données, telles que les distances parcourues et les calories dépensées, sont également enregistrées sur le compte de l’utilisateur, surfant ainsi sur la vague du sport connecté.

Les points négatifs :

L’utilisation des vélos Mobike repose sur le respect du matériel, de l’espace publique et des autres utilisateurs. En pratique, les rues de Chine deviennent très souvent de gigantesques bordels à vélo. Certains endroits très fréquentés sont vraiment congestionnés, à tel point qu'on ne peut plus circuler sur les trottoirs. 

Outre le fait qu’il commence à en avoir vraiment, mais alors vraiment partout, c'est que tout le monde ne prend pas forcément soin des vélos. Je déteste quand je veux utiliser un vélo et que je remarque que quelqu'un a arraché le code QR ou l'a rendu inutilisable. Je déteste aussi les gens qui cachent les vélos pour être les seuls à les utiliser.

Par ailleurs, avec tous ces vélos qui sont continuellement remplacés, on voit fleurir un peu partout des cimetières de vélos qui s'empilent à l'infini. Le concept est peut-être écologique face aux voitures, mais on peut se poser la question de l'impact que ça a tout de même sur l'environnement. (Cliquez ici et pour voir des photos)

J'aurais beaucoup de mal à me passer de cette application, parce que ça me ferait chier de faire la route à pieds tous les matins. C'est aussi surtout parce que je suis en retard tous les jours en fait, et que ça va plus vite en vélo.

 

7. DiDi

Didi, 滴滴出行 Didi Chuxing en chinois,  c'est l'équivalent chinois de Uber, fondé en 2012. L'application vous propose différents types de services, mais en gros ce qu'il faut retenir, c'est qu'en un clic vous appelez une voiture avec chauffeur, un taxi, ou vous réservez votre trajet pour une heure précise.

DiDi est très utilisé en Chine, et enregistre pas moins de 30 millions de trajets par jour. Il est financé par 3 géants investisseurs chinois : Tencent, Alibaba, et Baidu (l'équivalent de Google), Apple a aussi investi 1 milliard de dollars dans DiDi .

En 2017, DiDi a lancé sa version en anglais, qui inclue donc les adresses en anglais (d'ailleurs ce n'est pas toujours très pratique), mais aussi un système de messages traduits automatiquement si vous devez communiquer avec le chauffeur. 

Récemment, et après plusieurs cas d'accidents et d'agressions, DiDi a revu son système de sécurité, et a intégré de nouvelles mesures de protection pour non seulement l'utilisateur mais aussi le chauffeur, notamment un outil d'assistance qui vous lie directement à la police en cas de problème, l'enregistrement de vos conversations à travers le téléphone du chauffeur, un système GPS qui alerte dès que le chauffeur dévie trop de sa route, et un outil qui permet de partager en temps réel avec vos proches où vous en êtes dans votre course.

Je n'ai pas de point négatif à citer. Evidemment je n'utilise pas DiDi tous les jours, mais quand je l'utilise, c'est on ne peut plus pratique.

 

8. The Chairman's Bao

C'est une application et une plateforme en ligne qui propose des articles d'actualités en chinois, de niveaux 1 à 6, avec aussi des mots de vocabulaire, du pinyin, des traductions. On peut aussi écouter les textes. Bref, un super outil pour s'informer et améliorer son chinois !

J'adore lire The Chairman's Bao dans le métro, j'écoute aussi les textes quand je fais du cardio.

Le seul point négatif je trouve, hormis le prix de l'abonnement (80$ l'année si je ne dis pas de conneries), c'est que je trouve que les niveaux ne sont pas si bien répartis. Genre des fois quand je lis un texte HSK 4, alors que j'ai largement le niveau, je galère à comprendre parce que y'a des mots HSK6 dedans. Huh! 

 

9. Xiami

Rien de bien fifou en fait, Xiami 虾米音乐 c'est juste l'appli que j'utilise pour écouter de la musique. Il y a aussi une version web.

Vous connaissez probablement Spotify, et bien Xiami c'est le même principe. Je trouve que contrairement à d'autres applications chinoises, les genres y sont assez bien représentés, et y'a plus de contenu.

J'écoute beaucoup beaucoup de musique, et c'est pour cette raison que je ne peux pas me passer d'une application pour la musique, mais je n'écoute rien de ce qui est à la mode en Chine et de manière générale en Asie, et pour ça, Xiami me convient assez bien. (J'attends toujours qu'ils mettent en ligne le dernier Behemoth cela dit)

Xiami appartient à Alibaba.

 

10. Ctrip

Où j'achète mes billets d'avion en général ? Sur Ctrip !

Ctrip, 携程 Xiecheng en chinois, est une application, mais aussi un site internet (version en anglais trip.com) pour reserver des hôtels et des transports. D'ailleurs, ils ont acheté Skyscanner en 2016.

La raison pour laquelle j'utilise Ctrip, c'est que la majorité des sites pour acheter des billets d'avion ou réserver des hôtels, ne prennent que les cartes bancaires internationales, types visa ou mastercard. Or, quand on vit en Chine, on a généralement une carte bancaire chinoise Unionpay. Faut dire ce qui est, cette carte n'est pas acceptée partout en dehors de la Chine, et c'est vraiment la merde.

Heureusement, grâce à Ctrip, on peut non seulement trouver des billets (généralement) pas chers, mais surtout, on peut payer avec Wechat. 

L'application existe aussi en anglais.

Il y a aussi Qunar 去哪儿 dans le même genre, que j'aime beaucoup et je regarde aussi tout le temps là-dessus, mais j'ai toujours acheté mes billets sur Ctrip, voilà tout.

Ces applications mobiles dont je ne peux me passer en Chine

Voilà, je pense que c'est tout ! Evidemment, il y a des milliers, si ce n'est pas des millions, d'applications mobiles, et j'ai juste cité les 10 que j'utilise le plus. Mais le marché de l'appli mobile en Chine est extrêmement développé.

En France, je pense qu'on utilise beaucoup d'applications mobiles, mais en Chine, c'est une autre dimension, vraiment. Je pense que ça va me faire un choc quand je rentrerai en France !

C'est un secteur en perpétuel essor, il y a des applis pour tout, et surtout, elles n'ont rien à envier à celles qu'on utilise en Occident. Et encore, je ne parle pas des jeux mobiles en Chine, je ne connais pas le sujet, mais c'est un secteur florissant. Mon copain travaille dans l'industrie du jeu vidéo en Chine, peut-être qu'un jour il nous fera un article tiens !

En même temps, je pense que surtout une question de besoin. Le quotidien des chinois est probablement suffisamment différent du quotidien des français (en termes d'heures de travail ou de temps passé dans les transports par exemple), que forcément, il faut toujours répondre à la demande croissante, en créant des outils qui vont à la fois permettre aux gens de consommer, et aussi de gagner du temps. 

J'espère que cet article vous a plu et que vous avez appris des choses ! Contrairement à d'habitude, j'ai mis peu de photos, je ne savais juste pas quoi mettre, et faut dire que, comme d'habitude, j'ai écris beaucoup plus que prévu.

N'hésitez pas à me dire quelles sont les applications que vous utilisez le plus en Chine, et ce que vous pensez de celles que j'ai cité ! 

Je vous laisse avec ces deux articles très intéressants du NY Times sur les géants Tencent et Alibaba ainsi que sur l'utilisation des modes de paiement virtuel en Chine, et puis deux photos de piles de vélos partagés

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Florence 13/03/2019 00:34

Bonjour!

Merci pour tes articles ! Je prépare un voyage en Chine et certains de tes textes aident, d'autres sont simplement agréables à lire!

Que conseilles-tu comme alternative à Google maps, booking.com? Une carte sim étrangère fonctionne-t-elle d'ailleurs?!

Merci!

Florence

Cid- theycallmestranger 14/03/2019 06:59

Bonjour Florence ! Merci pour ton commentaire, je suis ravie que mes articles soient utiles !
Booking est accessible en Chine et marche très bien, je l'utilise tout le temps ! Sinon Ctrip dont je parlais pour acheter des billets d'avion, proposent aussi des hôtels. Je n'ai jamais essayé de reserver des hôtels là-dessus par contre.
Pour google maps, moi j'utilise l'application map de mon iPhone, je trouve qu'elle marche très bien. Sinon Baidu (l'équivalent chinois de google) propose aussi son Baidu map, mais je pense que c'est en chinois.
Par contre j'avoue que je ne suis pas très renseignée sur les cartes sim, je ne pense pas qu'une carte sim étrangère marche en Chine, et je ne sais pas non plus si il est possible d'acheter une carte sim (sans permis de résidence je veux dire)
Bon voyage !