Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

Aujourd'hui nous sommes toujours du côté du bourg de Langmusi dont je vous ai parlé dans les articles précédents ici et , et nous prenons la route vers les sublimes Gorges de Namo.

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

 

Les gorges de Namo

Les gorges de Namo 纳摩峡谷 (namo xiagu) se situent à quelques mètres du monastère Kirti Gompa (dans la partie Sichuan), et c'est l'endroit parfait pour une demi-journée de randonnée en pleine nature ! La randonnée dans les gorges n'est pas très difficile malgré l'altitude (nous sommes à plus de 3300m). Il me semble d'ailleurs que les gorges font 8km de long, ce n'est pas très long donc, mais il est évidemment possible d'aller bien plus loin dans les montagnes, et se rendre notamment au sommet du Mont Huagai 华盖山, à 4200m d'altitude.

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

La source de la rivière Bailong

C'est aussi là où la rivière du Dragon Blanc 白龙江 (bailong jiang) prend sa source. Comme je le disais dans un article précédent, la rivière Bailong est un affluent du Yangzi 扬子江, et c'est elle qui sépare Langmusi en deux.

Nous longeons donc la rivière à travers les gorges. Il n'y a pas toujours de pont, nous devons donc marcher sur les pierres et enjamber le cours d'eau. Nous suivons les locaux, les moines et les pèlerins, qui semblent avoir plutôt l'habitude !

 

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

 

Les grottes sacrées de Taktsang Lhamo

Il y a des grottes à l'entrée des gorges de Namo, la grotte des fées 仙女洞 (xiannu dong), dont les stalactites font penser à la forme d'un corps de femme, et la grotte du tigre 老虎洞 (laohu dong), qui autrefois abritait des tigres féroces.

Une des légendes raconte qu'un jour, une femme est entrée dans la grotte afin d'apprivoiser le tigre qui y vivait et d'éviter qu'il ne sorte attaquer les villageois. Elle serait devenue une déesse, ou une fée, comme vous préférez, et se serait changée en roche. 

C'est de cette légende que vient le nom tibétain de Langmusi, Taktsang Lhamo, qui signifie Grotte du tigre et de la fée, ou la fée dans la grotte du tigre. En chinois, ce nom complet a été retranscrit phonétiquement par Dehecang Langmu 德合仓郎木, mais en général on l'appelle juste Langmu 郎木 (Lhamo), ce qui a donné le nom chinois de cette cité monastère, Langmusi 郎木寺.

 

Pierres et cailloux sacrés

Nous n'avons pas vu beaucoup de monde dans les gorges, à part à l'entrée, où il y a beaucoup de gens qui se réunissent et établissent des campements. A part ça, nous avons croisé quelques voyageurs à cheval, des nomades, mais aussi des moines et des pèlerins, qui effectuent des koras, pratiquent la circumambulation autour des temples et stupas, et méditent dans les grottes. Si ça vous intéresse, je parle de la circumambulation et des koras dans l'article précédent, ici.

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

Sur ces photos, nous pouvons voir une femme, elle jette des cailloux sur les façades de la montagne, en priant. Le but c'est de viser les trous dans la roche, et d'ajouter sa pierre à la pile. J'ai essayé maintes fois, c'est plus facile à dire qu'à faire ! Aussi, on trouve beaucoup de minuscules effigies bouddhistes dans ces trous, des gravures, et parfois de magnifiques peintures sur les murs.

 

 

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

D'ailleurs, que ce soit sur les roches, en gravure, en peinture, sur les drapeaux ou les cylindres, on retrouve souvent la même inscription : Om mani padme hum.

C'est un mantra, une formule sacrée que les gens récitent sans cesse, pendant la prière ou la méditation. C'est un des mantras les plus populaires du bouddhisme, notamment du bouddhisme tibétain. Littéralement, il signifie "joyau du lotus", mais sa signification est bien plus profonde, elle contient l'essence de l'enseignement du Bouddha. C'est aussi le mantra qui invoque Chenrezig, le bodhisattva de la compassion, protecteur du Tibet (Chenrezig est appelé Guanyin en chinois).

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

On voit donc souvent ce mantra peint sur les murs, ou gravé sur des pierres. Ces pierres, on les appelle des pierres Mani (mani stones en anglais, 嘛呢石 mani shi en chinois). Graver ou peindre le mantra est considéré comme une forme de méditation, et il y en a absolument partout au Tibet et dans les zones culturelles tibétaines. Près des temples, le long des routes, des rivières, sur les montagnes… Souvent, c'est le mantra Om Mani qui y est inscrit, mais on peut tout à fait y retrouver d'autres mantras, ou des sutras bien plus longs.

 

Parfois, les cailloux ou les pierres (gravées de mantra ou non) sont empilées. En Asie, ces piles sont là pour rendre hommage à des divinités locales ou l'incarnation d'esprits, des montagnes sacrées par exemple. Dans le bouddhisme, ce sont comme des petits stupas, ils représentent Bouddha, son corps mais aussi son enseignement, et symbolisent la progression vers l'Eveil. J'ai d'ailleurs parlé plus en détails des stupas et de leur signification dans l'article précédent. Les pèlerins ajoutent donc leur pierre à la pile, prient, récitent des mantras, tout en tournant autour, dans le sens des aiguilles d'une montre.

Il y a des piles de toutes les tailles, des minuscules piles de cailloux, et des gigantesques structures, qui ont pris forme avec le temps. La plus grande pile de pierres Mani (嘛呢石堆 mani shidui) se trouve dans la préfecture de Yushu, dans le Qinghai. Elle aurait été commencée par un grand lama (un rinpoché), il y a quelques 200 ans, et, aujourd'hui, elle s'étend sur des centaines de mètres et contiendrait près de 3 milliards de pierres sacrées. Parfois on trouve des dizaines et des dizaines de petites piles au même endroit, comme vous pouvez le voir sur les photos dans mon article sur la réserve de Yading, dans l'ouest du Sichuan (article ici)

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

En Occident, ces piles de cailloux, on les appelle des cairns. C'est un mot qui vient d'Ecosse, où on en trouve d'ailleurs beaucoup, et qui vient du gaëlique càrn. On trouve des cairns partout dans le monde, surtout dans les montagnes, de toutes sortes et de toutes les tailles. Ils ont plusieurs fonctions selon les temps et les cultures, de monuments funéraires à astronomiques, en passant par religieux, militaires ou encore géographiques. Généralement, ils sont là pour marquer un lieu ou une route, mais aujourd'hui on crée des cairns pour le plaisir, pour marquer son passage quelque part et faire un vœu. D'ailleurs, il y a plein d'endroits dans le monde (dont en France) où il est interdit d'en faire. Il y en a trop, ce qui chamboule leur fonction première de balise et de marquage du territoire. Par ailleurs, ils dénaturisent le paysage et peuvent avoir des répercussions sur la faune et la flore.

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺
Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

Montagnes et prairies

A part ça, les gorges de Namo c'est aussi, et surtout, des paysages sublimes. Plus on s'enfonçait dans les gorges et dans les prairies, et plus on se sentait loin de tout. Comme dans une bulle, entourée de verdure et de drapeaux de prières qui virevoltaient çà et là.

 

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

Parfois, on croisait des voyageurs, à pieds ou à cheval, et des nomades, sirotant leur thé autour du précieux poêle, dans leur tente comme posée sur la prairie. Le Sud du Gansu, et la région tibétaine de l'Amdo de manière générale, est une région très pastorale et où vivent de nombreux nomades. Ils s'installent dans les prairies avec leurs troupeaux, vivent de la vente de leurs produits (lait, beurre, peau, viande) ou les échangent contre de la nourriture et des vêtements, et ils changent de lieu de campement au moins chaque saison.

En réalité, avec l'urbanisation, la nationalisation des steppes (les prairies appartiennent à l'Etat, qui limite et relocalise les pâturages), la modernisation de la Chine rurale, et la sédentarisation forcée très largement encouragée par le gouvernement chinois, on parle aujourd'hui plutôt de mode de vie semi-nomade. 

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺
Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

 

Nous avons croisé quelques chevaux dans les gorges, mais surtout, beaucoup de yaks. Ils sont vraiment très imposants, et malgré leur taille, ils arrivent à se faufiler partout sur les flancs des montagnes. Ils sont très impressionnants, et je ne suis d'ailleurs jamais très rassurée quand je passe à côté d'eux en pleine nature ! A ce propos, je parlais des yaks dans cet article, lorsque nous étions dans les steppes du Yunnan.

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

 

Sachez que, ce jour-là, j'ai fait tomber mon "selfie stick" dans une grosse bouse de yak bien fraîche (en plus d'avoir marché dedans).

 

Nous avons aussi croisé beaucoup, beaucoup, de marmottes dans le sud du Gansu. Vraiment, il y en a partout, et elles sont très amusantes ! La première fois que j'en ai vu, de loin, je pensais que c'était des pikas, puisqu'apparemment il y en a beaucoup dans la région (ce sont des petits rongeurs, c'est de là que vient le nom du pokémon Pikachu). Mais en fait non, pas du tout, rien à voir, ce sont juste de grosses marmottes ! Il me semble que ce sont des marmottes de l'Himalaya, elles vivent dans l'Himamlaya et le plateau Tibétain, entre 3000 et 5000m d'altitude.

La fille du propriétaire de l'auberge où nous logions me racontait l'histoire et les légendes de Langmusi, et comment l'agriculture s'y est développée, malgré les pikas et les marmottes qui pullulent et détruisent tout sur leur passage. Par ailleurs, les rongeurs dans le sud du Gansu et le Qinghai sont responsables de cas de peste et d'autres maladies, et ce, assez régulièrement. 

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

 

Nous nous sommes arrêtés pour pique-niquer sous un arbre, avant de reprendre la route à travers les gorges. C'était vraiment très agréable. Malheureusement, il s'est mis à pleuvoir violemment dans l'après-midi, alors que nous étions, littéralement, seuls au beau milieu de nulle part. Et devinez qui n'avait pas pris la peine de s'équiper de vêtement de pluie pour partir en rando ? Evidemment, c'est moi ! Nous avons dû rebrousser chemin, et c'était un véritable fiasco ! Vraiment, à un moment je me suis demandé ce qu'il allait advenir de nous ! On a essayé de trouver un abri, en vain, et puis on s'est perdus car on ne distinguait plus le chemin principal. Je me rappelle être passée à plat ventre sous des arbustes plein de ronces, et je me souviens aussi que le niveau de l'eau avait vachement augmenté ! Traverser la rivière à pieds sous la pluie, c'était une autre affaire ! Finalement, nous avons réussi à sortir des gorges, et il a arrêté de pleuvoir dès que nous sommes sortis ! Je serais bien allée plus loin dans les montagnes, mais la météo en a décidé autrement ! Qui sait, ce sera peut-être pour une autre fois !

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

En guise de conclusion, je vous laisse avec cette photo de moi, au sec et au soleil. Je pense qu'on distingue assez bien, dans mon sourire, le bonheur que m'a apporté cette expédition dans les gorges sacrées de Langmusi !

Randonnée dans les Gorges de Namo 纳摩峡谷, Langmusi 郎木寺

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article