-- S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen - They call me stranger
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen

Voilà, ça fait 1 an que je suis venue vivre à Shenzhen. 

Bon d’accord, ça fait 1 an et 2 mois pour être exacte. Je n’ai pas eu le temps de poster cet article plus tôt, j’étais trop occupée, et je voulais aussi prendre le temps de l’écrire cet article, et vraiment d’y réfléchir en profondeur. C’est un article un peu plus personnel que d’habitude, mais voilà, j’avais envie de vous livrer mon ressenti quant à cette première année en tant qu’expatriée dans l’Empire du Milieu. Le tout avec quelques photos de Shenzhen, enfin plutôt de la vie à Shenzhen et des gens. J'aime bien prendre des photos des gens. 

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen

Alors, cette première année en tant qu’expatriée en Chine ?

Je dois dire que globalement mon bilan sur l’année est assez mitigé. Le début a été plus compliqué que ce que je pensais. En fait je peux couper cette année en 3 parties bien distinctes, la première où c’était tout pourri, la 2e partie où c’était la merde mais y’avait de l’espoir, et finalement la dernière partie où tout s’est arrangé.

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
  • Partie 1.  Aie, ça pique

Déjà, mon arrivée sur le territoire a été plus que mouvementée. Quelque part je pense que ça en annonçait la couleur. Au niveau professionnel, oui je commence par ça parce que c’est la raison pour laquelle je suis venue à la base, c’est là que ça se gâte. Je suis venue avec plein d’ambition, et arrivée ici ça m’a fait l’effet d’une claque. Comme je l’ai expliqué plus tôt dans cet article, ma première expérience pro ici ne m’a pas plu du tout, c’était à la limite du catastrophique. Le pire, c’était de me dire que j’étais venue pour ça. Oui quand tu quittes pays, famille, potes, appart, CDI, tout, pour aller vivre à l’autre bout du monde, qu’au final le boulot que tu fais 48h semaine ne se passe pas très bien, et qu’à côté tu n’as pas le temps ni les moyens de profiter de quoi que ce soit, ça fait l’effet d’une claque, et ça pique. J’en ai assez parlé, mais oui ce que je retiens c’est ce sentiment de déception, d’être donc partagée entre l’idée de faire mes bagages et me casser fissa, ou celle de persévérer dans l’idée que ça pouvait s’arranger et qu’éventuellement je n’étais pas venue ici pour rien. Je m’en suis voulue d’être aussi têtue et de prendre des décisions sans vraiment y réfléchir attentivement. Comme vous le savez, j’ai finalement trouvé un « vrai » boulot, ainsi s’achève cette période morose. Aujourd’hui, mon travail me plaît beaucoup. C’est très intéressant et les conditions sont bien meilleures. Heureusement que je n’ai pas agi sur un coup de tête et pris un billet retour pour la France, ça aurait été dommage de passer à côté de ça. Ça c’était donc la première partie de l’année.

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
  • Partie 2. Permis de travail, mot compte triple.

La deuxième partie de mon année en Chine a été en grande partie rythmée par des soucis d’ordre administratif. J’avais trouvé un autre boulot, très bien, mais il me fallait un nouveau permis de travail, étant donné que mon ancienne boss a tout fait pour qu’il ne soit pas transféré et que je me retrouve sans rien à la dernière minute. Vous n’êtes pas sans savoir qu’obtenir un permis de travail en Chine ça relève de plus en plus du parcours du combattant. Alors se retrouver sans permis 2 jours avant la fin de son permis de résidence… Comment vous dire... Figurez-vous que je suis allée mendier un permis de résidence temporaire au PSB en expliquant ma situation. Oui oui. J'y croyais pas, mais ça a marché, ils m’ont filé un permis de résidence d’un mois, pour motif humanitaire ahah. Faut pas chercher à comprendre des fois. Donc j’ai eu un mois de rab pour obtenir un nouveau permis de travail sous les nouvelles règlementations et avec les nouveaux barèmes (je suis en catégorie B). J’ai ensuite quitté le territoire et je me suis rendue à Hong Kong pour avoir un nouveau visa, j’en parle ici pour ceux que ça intéresse, puis je suis rentrée sur le territoire chinois et j'ai refait une demande de permis de résidence. Autant te dire que j’avais l’impression d’être sur un siège éjectable, j’étais rongée par le stress, et ça a duré quelques mois. Maintenant tout va bien je suis en règle :D

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
  • Partie 3. Un nouveau départ.

Nouveau boulot, nouvelles responsabilités, nouveaux challenges, nouveau permis de travail et nouveau permis de résidence. Bizarrement, depuis, tout va mieux. En plus, j’ai beaucoup plus de temps pour faire autre chose, sortir, profiter de la vie. Au niveau pro comme perso, je me sens beaucoup mieux. Beaucoup plus sereine. Et ça m'a donné un regain de motivation. Sortir plus souvent, prendre des cours de photo, m’offrir un nouvel appareil. Je me suis même remis tout doucement à refaire de la musique. Et pour continuer dans la lancée du changement, on a même déménagé et changé d’appartement. Je n’aimais pas celui d’avant, et là maintenant je m’y sens très bien. En fait, le changement ça fait du bien. J’ai même changé de banque lol.  Et comme vous le savez, j’ai aussi passé le HSK niveau 4, c’était mon gros objectif de l’année, et je l’ai eu. Il me fallait un challenge personnel pour dire de rattraper le temps perdu de ce début d’année foireux.

J’ai aussi eu l’opportunité de voyager. Je ne vais pas vous cacher que c’est aussi une des raisons pour laquelle je reste en Asie, c’est de pouvoir voyager et découvrir plein de choses. J’aimerais voyager plus que ça, mais ce n’est pas toujours possible malheureusement, par manque de temps surtout. J’ai pu découvrir le charme caché de la ville de Shenzhen, la province du Guangdong, découvrir à plusieurs reprises des endroits super cools à Hong Kong, voyagé au Japon, pris quelques jours de calme et de repos dans la campagne de Yangshuo, et voyager en Corée du Sud. Je ne suis pas franchement tombée amoureuse de la Corée du Sud, mais c’était super de découvrir un nouveau pays pour ma part. 

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen

Alors, après tout ça, comment je me sens en Chine ?  

Je m’y sens chez moi, vraiment. Même si en réalité y’aura toujours quelquechose qui me rappellera que non ce n’est pas le cas, la Chine restera quand même ma maison de cœur, mon pays d’adoption. Je dis pas que c’est facile tous les jours, mais globalement je ne rencontre aucune difficulté, je me sens comme un poisson dans l’eau ici. 我习惯了. Après je trouve que c'est pas évident de rencontrer des gens quand on vit et travaille à l'étranger. Surtout quand on est pas la personne la plus sociable du monde comme moi, et qu'on ne connaît personne quand on arrive. C'est facile, trop facile même, de s'enfermer dans une solitude. Heureusement je suis venue en couple, je suis donc rarement seule. Mais j'avoue que des fois j'aimerais faire apparaître mes potes, à défaut de m'en faire de nouveaux.  


Et la vie à Shenzhen ?

En réalité, je n’ai pas choisi Shenzhen. C’est en quelque sorte Shenzhen qui m’a choisi. Opportunités professionnelles. Non mais plus sérieusement, c’est une ville, certes sans histoire ou culture propre, mais elle a une identité. Et finalement, je suis vraiment très contente de vivre à Shenzhen. C'est clair que c'est pas la ville où vont débarquer des hordes de touristes assoiffés de culture et de traditions ancestrales. Mais c’est une ville dynamique, innovante, propre, jeune, multiculturelle et surtout très agréable à vivre.

 

Et quand est-ce que je rentre en France ? 

Ce que j'aime ici, comme je le disais , c'est la découverte perpetuelle. Bien sûr il y'a une routine aussi, et des fois je m'ennuie, mais ce que je veux dire c'est que j'apprends des choses tous les jours. Des fois je réalise que j’ai de la chance, je vis ma vie comme je l’entends. Mais le problème avec moi, c'est que que j'aime pas m'ennuyer trop longtemps. Si j’en ai marre, je prends mon sac et je m’en vais. On ne sait jamais trop où je serai à l'avenir. Même moi je ne sais pas à vrai dire. Tout ça pour dire que je ne sais pas trop quand je quitterai la Chine. 

Pas avant l’été 2019. C'est mon mot d'ordre pour dire d'avoir un bagage suffisant pour l'après. Après on ne sait jamais ce qu’il se passera d’ici là, peut-être je serai de retour plus tôt que ça, peut-être que je partirai vivre ailleurs, ou peut-être que je ne reviendrai jamais. Qui sait ? En tous cas, pour l’instant je suis bien et tout roule, donc j'ai juste envie d’aller un peu plus loin dans l’expérience.

La France me manque, évidemment, et comme de nombreux expatriés, j’ai parfois l’envie soudaine de prendre le prochain avion pour Paris et nager dans une rivière de fromage, hello le cliché, faire un coucou à ma famille, et boire une bonne bière (belge stp) en terrasse avec mes potes, le tout en un weekend. Mais vue que la télé transportation n’existe pas, ou du moins n’est pas commercialisée, c’est pas vraiment possible.

La dernière fois j’ai dit à ma grand-mère que je partais à Séoul. Elle a dit « passe à la maison ». J’ai dit « Mamy c’est en Corée du Sud », elle a répondu « bein fais un détour ». Honnêtement si je pouvais je le ferai xD

 

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen

En résumé, je pense que c'est rarement simple de tout quitter pour vivre ailleurs. Et même si on croit connaître la culture, le pays, la langue.

Pour ma part, meme si j'avais déjà passé 1 an et demi en Chine par le passé, c'est la première fois que je partais vivre quelque part pour de vrai, genre m'installer. Pas pour toujours, mais pour une durée inderterminée. Je pensais que le plus dur aurait été de partir. En fait le plus dur à été de m'adapter et trouver un équilibre, sans jeter l'éponge à la première difficulté.

Je sais très bien que des difficultés il y'en aura encore à venir. Cette année avait très mal commencé, mais finalement elle se termine très bien. En tout cas, je la finis gonflée à bloc et pleine de motivation pour la suite.

Dans ma liste de projets à venir, on retrouve l'inévitable HSK 5, que j'aimerais passer d'ici l'été 2018 avant de fêter mes deux ans de résidence en Chine. Rentrer en France pour les vacances du nouvel an chinois. Voyager en Mongolie cet été. Découvrir plus Shenzhen, Hong Kong et Macao. M'améliorer en photo, enfin, continuer d'essayer en tout cas. Et éventuellement, parce que je suis ambitieuse, m'organiser un peu mieux pour ce blog, voire même poster un peu plus souvent ou au moins avec un peu moins de retard xD

J'espère en tout cas avoir encore plein de choses à vous raconter pour la suite.

Si vous aussi vous avez pour projets de vous expatrier ou si vous avez vous aussi pris la décision de tout quitter pour partir vivre à l'étranger, n'hésitez pas à raconter votre ressenti en commentaire, je serai très interessée de lire vos expériences. 

Pour me suivre, ça se passe ici sur facebook et sur instagram. 

 

 

 

S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
S'expatrier en Chine : Mon bilan après un an à Shenzhen
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article