Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faire des études spécialisées Asie et Chine : mon parcours

Y’a pas longtemps j’ai posté sur la page facebook un extrait d’un de mes cours de master. C’était :

Le point d'interrogation couvre la totalité du karma de l'homme. L'escargot glisse en vidant le cerveau dans la chute silencieuse du sang. Ce crépuscule un point de réclamation précipitée, le clou qui énonce le cercueil, la voie de la réponse.

Je vous avoue que ça m’a fait marrer de retomber sur ça, tellement ça incarne parfaitement le caractère abstrait de mon master ! Et vue qu’on me demande très souvent ce que j’ai fait comme études supérieures, je me suis dit que je ferais un article un peu plus complet sur mon parcours.

Attention, c'est juste mon expérience, en aucun cas je vais vous dire que j'ai un parcours exemplaire, ou ce qu'il faut faire/ne pas faire. Loin de là. Je vais juste me contenter de vous parler de ce que j'ai fait, et ce que j'en pense aujourd'hui avec un peu de recul (et je pense que ce que je dis doit probablement s'adapter à de nombreuses formations de ce type). Aussi, il faut prendre en compte que j'ai été diplômée en 2012, vue le nombre de master de ce type qui ont ouvert depuis, j'imagine que c'est beaucoup plus développé et mieux ficelé aujourd'hui. Il y a peut-être des choses qui ont changé depuis, mais ça n'en reste pas moins mon expérience à moi, et, qui sait, peut-être que ça vous sera utile !

Temple Zhushan, Huangdao

Temple Zhushan, Huangdao

Mon parcours

J'ai d'abord commencé le chinois à mon entrée au lycée, en seconde. Après mon bac (L, option chinois LV3 et anglais renforcé), je suis partie, sans hésitation aucune, en licence LEA anglais-chinois (Langues Etrangères Appliquées) à l’université d’Artois, une petite fac dans ma ville natale du Nord. J'ai fait LEA car je ne voulais pas me fermer trop de portes, et je voulais un truc plutôt pluridisciplinaire, par opposition à une licence LCE (Langues et Civilisations Etrangères) qui est plus tournée vers la recherche. La licence m’a beaucoup plu, et surtout, j’ai eu l’occasion de partir étudier 1 an à l’Université de Nanjing en Chine. Cette année a véritablement confirmé ma passion pour ce pays, et tout naturellement, ça m’a donné envie de continuer là-dedans. Par contre, chercher une orientation post-licence ça a été un peu la prise de tête.

Après de longues hésitations, je me suis inscrite en Master Asie à Lille 3, et c'est de ce master en particulier que je vais parler dans cet article. L’intitulé c’est Relations Interculturelles et Coopération Internationale Asie (il y a plusieurs choix d’aires géographiques, Asie Pacifique, Afrique et Monde Arabe, Amérique Latine ou encore Monde Francophone). Pour moi, c’était exactement ce que je voulais faire, sur le papier.

Mon copain a le même parcours que moi, mais lui est spécialisé Japon, il a une licence de japonais et a fait une partie de ses études au Japon. On s'est rencontrés en master Asie. 

Voici les objectifs de la formation

  • Cette option vous prépare aux métiers d'analyste des champs asiatiques, d'expert au service des entreprises et de spécialiste de la coopération internationale et de l'aide au développement
  • Elle vous permet d'acquérir : une connaissance approfondie des cultures, croyances et religions asiatiques (bouddhisme, confucianisme et taoïsme) ; une compréhension des enjeux nationaux et internationaux ; des outils et méthodes permettant de renforcer la coopération économique, sociale, culturelle entre l'Union Européenne et l'Asie.

Débouchés

J’ai toujours su ce que je voulais étudier, mais je dois avouer que je n’ai jamais su en détails ce que je voulais faire exactement de ma vie. Mais j’en avais une vague idée. Enfin, je savais surtout ce que je ne voulais pas faire. Je n’ai jamais voulu faire de commerce, ni de la recherche, ni partir dans l’enseignement, et pas non plus envie de faire de la traduction. Moi ce que je voulais, c'est une expertise Asie, et plus particulièrement Chine, et ce qui m’intéresse, c’est les relations internationales, la coopération, et surtout cette notion d’interculturalité qui m’a fait choisir ce master.  Du coup, dans l'idée, je me retrouvais dans les débouchés cités sur la brochure :

Secteurs d’activités :

  • Collectivités territoriales et Établissements Publics de Coopération Culturelle (EPCC)
  • Organisations culturelles françaises à l'étranger : Alliances françaises, Maisons de France, Centres culturels français
  • Organismes internationaux (ONG, associations...)
  • Centres de recherche ou de prospective
  • Associations françaises et internationales
  • Services des relations internationales des universités et organismes de formation dans le monde
  • Entreprises et PME à vocation internationale

Métiers :

  • Consultant-e en management culturel ou en coopération internationale
  • Chargé-e de mission coopération
  • Responsable des relations internationales
  • Responsable de formation en langue et culture françaises
  • Concepteur-trice de projets et de données socio-culturelles

Stages et expériences à l’étranger

Un des points positifs de ce genre de formation, c’est bien évidemment les possibilités d’expériences à l’étranger. 

Je devais partir en échange à Taiwan en L2 normalement, mais finalement je suis partie à l'Université de Nanjing en L3, grâce à l'Institut Confucius. Comme je disais, cette année m’a énormément apporté. J’ai appris beaucoup sur la Chine, la langue chinoise, la culture, mais aussi sur moi-même. Je pense que ça m'a donné le goût de partir aussi.

En Master, c’est les opportunités de stage qui se présentent. Je pense que c'est ultra important d’utiliser les stages pour non seulement se spécialiser d’avantage, mais aussi compléter avec des expériences sur le terrain. En M1 je suis partie 3 mois au Vietnam, j’étais prof dans une université. Je n’ai jamais vraiment voulu finir dans l’enseignement, pour être honnête j'ai surtout sauté sur l'occasion de passer 3 mois au Vietnam, mais franchement c’était une belle expérience. Ça s’est super bien passé au niveau pro, j’ai eu l’occasion de découvrir un autre pays, et j’ai beaucoup voyagé, bref, c’était que du positif.

En M2, je suis repartie en Chine, 6 mois à Qingdao. J’étais rédactrice pour un site web qui présente et promeut la culture chinoise. Pour moi c’était le stage rêvé, je suis payée à écrire des articles sur la Chine et faire des reportages. Bon au final c’était assez chiant, ça m'ennuyait de passer mes journées à traduire et écrire des articles comme ça. C'était intéressant, je ne dis pas le contraire, mais y’avait pas vraiment de valeur ajoutée. A part ça, c’était cool d'avoir une nouvelle expérience en Chine, et c'est cette expérience qui m'a donné envie d'avoir mon blog à moi (ce qui visiblement m'éclate toujours aujourd'hui).

 

Avantages et Inconvénients

L'avantage de ce type de formation, outre les expériences à l'étranger, c’est que le curriculum est vachement diversifié : management interculturel, géopolitique, économie, coopération multilatérale, relations internationales, et cultures asiatiques. Y’a moyen de découvrir plein de choses et plein de thématiques différentes.

Par contre, c'est aussi un gros point négatif, c'est trop diversifié. C’est l’inconvénient de ce genre de formation, c’est « touche à tout », mais touche à rien à la fois. C’est pas en faisant 2h de compta par semaine qu’on va finir comptable, par exemple (oui on fait aussi de la gestion budgétaire). A l’inverse, l’Asie ou la Chine, c'est cool, mais c’est pas un métier en soi. Ouais, on étudie les courants de pensée asiatiques en long, en large et en travers et c’est intéressant.  Mais bon, trouver un boulot avec ça après, c’est autre chose.

Autre point négatif, l'enseignement des langues est vraiment mis de côté en master. L'anglais ça va, mais pour les langues asiatiques, c'était catastrophique. Déjà, tous ceux qui, à la base, ont fait japonais ou coréen ont dû se mettre au chinois, qu'ils le veuillent ou non. Y'avait pas de cours de japonais ou de coréen dans le master. C'est dommage pour ceux qui ont un autre pays de prédilection. Après, y'a d'autres moyens de se diversifier ou se spécialiser en parallèle. J'ai fait un DUFL de japonais (Diplôme Universitaire de Formation en Langues) à côté de mon master. Je ne suis pas allée jusqu'au bout parce que je suis partie en stage en Chine, mais ça reste possible dans l'idée. Même pour ce qui est du chinois, c'était pas terrible. Le niveau était beaucoup plus élevé en licence qu'en master, et c'est à force de taper des pieds et des mains que nous avons fini par avoir des cours de chinois avancé. Bref, au lieu de nous donner des cours de vietnamien en dernière année, ils auraient dû plutôt mettre l'accent sur les langues qu'on avait déjà étudié avant, mais c'est que mon avis encore une fois. De plus, il n'y a aucune continuité. J'ai étudié le chinois de ma première année de lycée jusqu'à ma dernière année de master, et, en 8 ans, j'ai dû recommencer plusieurs fois en niveau débutant, et ça pour moi, c'est le problème majeur dans l'enseignement du chinois.

Delta du Mekong, Vietnam

Delta du Mekong, Vietnam

Ma conclusion

J'ai fait les études que j'ai voulu faire. Quitte à faire des études supérieures, autant faire un truc qui nous plaît ! Mais j'ai pas vraiment pensé à l'après quand j'étais étudiante, j'ai juste pensé à ce que j'avais envie d'étudier sur le moment. Honnêtement, quand je suis sortie de l’école, 23 ans, un bac+5, pas d'expérience professionnelle et un gros manque de confiance en moi, ça a été très compliqué et très frustrant. Je me revois à Pôle Emploi : "Bonjour j’ai un master Asie, qu’est-ce que je peux faire avec ça ?"

En étant un peu plus pragmatique aujourd'hui, je me dis qu'on a peut-être une formation spécialisée dans une aire géographique, mais c'est très abstrait, et concrètement on fait un peu de tout, mais on n’est formés à rien du tout, et c'est vraiment pas évident à valoriser sur le marché de l'emploi. Il y a aussi peu de support, de réseau, et d'outils pour permettre aux étudiants de se spécialiser et de trouver une voie professionnelle. 

Au final, je dirais que si vous voulez faire quelque chose de spécifique, spécialisez-vous dès que possible. Si c'est pour faire du commerce par exemple, autant partir en commerce directement, si c'est pour faire du marketing ou de la traduction, autant partir en marketing ou en traduction. Y'a des masters qui sont plus spécialisés dans quelque chose de concret, genre commerce, import/export, ou négociations internationales, et puis, au pire, y'a toujours moyen de prendre des options ou des langues à côté.

Si votre but c'est l'étude de l'Asie ou la Chine en général, alors ce genre de master est fait pour vous. Mais si j'ai un conseil à vous apporter, spécialisez-vous à fond et ne lâchez rien ! Le master que j'ai fait se dit professionnalisant, par opposition à un master recherche, mais c'est simplement un outil, une ligne sur votre cv qui dira que vous avez suivi une formation spécialisée. Il vous apporte une légitimité, des connaissances théoriques, mais c'est à vous de les étoffer. Il faut vraiment se spécialiser soi-même, en plus, à côté, pour finir quelque part là dedans et prétendre être expert comme c'est dit sur la brochure. Un master ce n'est pas suffisant, il faut vraiment, selon moi encore une fois, se spécialiser d'avantage à travers les stages, des options, des expériences à l'étranger, des expériences pro, des diplômes supplémentaires en langues (comme le HSK par exemple), et tout ce que vous allez pouvoir apprendre et entreprendre à côté par vous-même.

Je ne regrette pas du tout ce que j'ai fait, et si c'était à refaire, je referais exactement la même chose, parce que ça m'a plu et ça me correspond vraiment. Je ne vois pas ce qui m'aurait intéressé d'avantage de toute façon.

Pour ceux qui me demandent dans quoi je bosse, je travaille dans les relations internationales et la coopération internationale, en particulier dans le secteur de l'éducation.  Après mes études, j'ai bossé 3 ans et demi en tant que chargée de projets dans les programmes de mobilité internationale (comme Erasmus+ entre autres), ensuite j'ai travaillé 2 ans et demi en tant que chargée d'affaires internationales et manager admissions pour une branche de l'université de Pékin en Chine, et je suis actuellement chargée de relations internationales et recrutement, en tant que spécialiste Chine et Asie de l'Est. Par la suite je ne sais pas trop ce que j'ai envie de faire, mais pour l'instant c'est quelque chose qui me plaît assez, alors on verra ! Si vous voulez en savoir plus sur l'examen HSK en particulier, je vous invite à lire mes articles sur le sujet, l'examen, ma préparation pour le HSK 5, mes conseils pour le HSK5, et ma préparation pour le HSK6.

Voilà, j'espère que cet article vous a été utile. Et vous, vous faites ou avez fait quoi comme études ? Vous êtes intéressés par l'idée de faire des études spécialisées Asie ? Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser, j'y répondrais avec plaisir. 

Qingdao

Qingdao

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Assa hcf 10/01/2020 11:58

Bonjour! je trouve votre parcours vraiment bien mais j'avais une question, faut-il obligatoirement parler une langue asiatique en arrivant? Je veux dire, peut-on apprendre une de ces langues la bas?

Cid- theycallmestranger 11/01/2020 06:34

Bonjour! Vous parlez du Master RICI? Si oui, normalement il faut deja maitriser une langue asiatique, mais ce n'etait pas le cas de la plupart de mes camarades de classe, donc j'imagine que ce n'est pas obligatoire!

Ana Rbc 04/05/2019 03:00

Hello ! Je trouve ton parcours super intéressant. Et en effet, comme tu le dis, il y a très peu d'infos concernant les études sur l'aire asiatique. Je me permets donc de venir te demander quelques renseignements.
Je sors d'une licence LLCER Anglais (plus par défaut que par passion). Mais ce qui m'intéresse vraiment, c'est le continent asiatique et j'aimerais énormément devenir enseignante-chercheuse dans ce domaine là, mais je peine à trouver des masters (voire licence) dessus. Tout ceux que je trouve sont soient tournés vers le commerce ou bien spécialisé sur un pays en particulier. Or, moi c'est la culture qui m'intéresse (langue, littérature, histoire, voire géopolitique) et je n'ai pas de pays de prédilection en particulier. Est-ce que tu connaîtrais des licences ou masters sur l'air culturel asiatique (ou géopolitique) et qui n'est pas focus sur un pays en particulier s'il te plaît ?
Je suis désolée pour toute ses questions mais ENFIN je trouve quelqu'un qui fais des études dans le domaine asiatique alors j'en profite haha.
Merci à toi !

Cid- theycallmestranger 08/05/2019 09:16

Hello Ana ! Et bien du coup le master que j'ai fait (Relations Interculturelles et Coopération Internationale, en parcours Asie Pacifique) est orienté culture, et pas commerce, et il est spécialisé Asie Pacifique, sans pays en particulier (certains cours sont plutôt orientés Chine/Vietnam, parce que certains profs sont chinois et vietnamiens, mais à part ça c'est l'Asie Pacifique). Comme toi, j'étais interessée par la culture et la géopolitique (et les relations internationales), et pas du tout le commerce. Sinon je sais qu'il y a un master Langues, Culture et Affaires Internationales à La Rochelle qui a l'air sympa aussi, sur le papier en tous cas (https://formations.univ-larochelle.fr/master-culture-affaires-internationales-asie-pacifique?lang=fr) Je te souhaite une très bonne recherche, j'espère que tu trouveras ton bonheur !